Si vous êtes un travailleur salarié ou indépendant, ou encore un investisseur, vous êtes susceptibles d’être touchés par la baisse de revenus. Il en est de même pour celui qui atteint l’âge de départ à la retraite, puisqu’il ne perçoit plus une rémunération salariale, mais plutôt des retraites et éventuellement des rentes viagères s’il a souscrit à des produits d’épargne retraite. Comme le prélèvement à la source tient immédiatement compte de ces changements dès le mois concerné, il est donc conseillé d’anticiper cette baisse de revenus nets en se servant de l’outil de simulation proposé sur internet. Vous pouvez immédiatement vous en servir en accédant au site des experts financiers defiscalisezmoi.com.

Simuler une baisse de revenus pour le salarié

L’origine de cette baisse de revenus peut être multiple. Par exemple, le salarié change d’emploi et gagne moins, il termine son contrat à durée déterminée, il perd son emploi, etc. Il arrive aussi que le salarié continue à conserver son emploi actuel, et qu’il exploite un bien immobilier qui lui reverse des revenus fonciers. En cas de départ des locataires, celui-ci enregistre une baisse de revenus.

Le simulateur invite à renseigner les informations habituelles sur la situation familiale et le montant des revenus : salaire du contribuable, additionné de celui de son conjoint s’il vit en couple. Il inscrit aussi les informations sur le montant des revenus fonciers comme dans l’exemple sus cité.

Anticiper la baisse de revenus du travailleur indépendant

Le travailleur indépendant peut être celui qui exerce une profession libérale, une activité agricole, commerciale, industrielle, artisanale. Ou encore le propriétaire d’un bien loué meublé – le loueur en meublé non professionnel LMNP. Les revenus de ces contribuables sont extrêmement variables ; ceux-ci doivent donc simuler le plus souvent possible s’ils souhaitent anticiper le montant des baisses comme des augmentations.

Pour rappel, leur retenue à la source diffère de celle des salariés et des retraités. C’est l’administration fiscale qui prélève un acompte fixe tous les mois depuis leur compte bancaire. Le solde est alors réglé par le travailleur indépendant lui-même. En cas d’excédent de paiement, justement si le contribuable enregistre une baisse conséquente de revenus, c’est au tour de l’administration fiscale de lui rembourser le trop-perçu. Raison de plus de réaliser cette simulation à chaque fois qu’une variation des revenus est enregistrée.

Comment simuler ? En indiquant les données sur la situation familiale, le montant des revenus du conjoint salarié, le montant des revenus tels que :

  • les bénéficies industriels et commerciaux (incluant ceux du LMNP qui perçoit des revenus locatifs dans la location meublée)
  • les bénéfices non commerciaux (pour les travailleurs exerçant une profession libérale entre autres)
  • les bénéfices agricoles

Il est possible de se renseigner sur un éventuel accord temporaire avec l’administration fiscale pour les travailleurs indépendants. Par exemple une modulation des acomptes ou une demande de report de la date limite de paiement des reliquats.

Simuler une baisse des ressources pour le retraité

Comme nous l’avons détaillé antérieurement, cette baisse des ressources peut trouver son origine dans le passage à la retraite, c’est-à-dire à partir de l’âge de 60 ans qui est l’âge légal minimal autorisé par la loi. Ceci toutefois en considération de la date de naissance du salarié.

La simulation se fait en complétant les renseignements sur la situation familiale, le montant des retraites et des rentes viagères perçues. Ces dernières peuvent provenir d’un PERP ou d’une assurance-vie qui sont d’excellents produits d’épargne proposant une carotte fiscale très attrayante.

Rappelons que le simulateur requiert l’introduction de nombreuses autres données sur le contribuable. Par exemple s’il déclare des frais et des charges déductibles ou des montages défiscalisants associés à des produits d’investissement réalisés.