Investir dans la location meublée intéresse de plus en plus de particuliers en raison du rendement élevé comparé à la location nue. Les résidences étudiantes ont toujours fait partie des meilleurs actifs donnant lieu à une rentabilité annuelle de plus de 4%. Ce qui font d’elles un excellent produit de placement dans la catégorie immobilier locatif. Qu’en est-il cependant du rendement et des performances d’un tel produit pour l’année 2019 ?

Augmentation de 4% du nombre d’étudiants internationaux en 2 ans

2019 est une année qui continue d’être marquée par une hausse de la demande en logement pour étudiants. La France en effet accueille constamment des étudiants internationaux, outre les étudiants locaux dont la plupart quittent tôt le foyer parental. En 2018, le nombre d’étudiants venus des autres pays du monde a connu une hausse de plus de 4%. Ce sont surtout les étudiants des pays africains qui choisissent de remplir leur cursus universitaire en France, avec un fort taux pour le Maroc et l’Algérie. Bon nombre d’étudiants chinois et italiens sont également attirés par les grandes écoles françaises.

Grâce à leur pouvoir d’achat assez confortable, ces étudiants étrangers préfèrent opter pour les résidences étudiantes plutôt que les logements nus ou ceux meublés classiques.

Les services ultra-connectés, un des attraits marquants des résidences

Les résidences étudiantes proposent non seulement une structure d’hébergement moderne mais aussi des services ultra-connectés, les plus qui font leur différence. Les étudiants certes réclament l’intervention de la technologie nouvelle. C’est ainsi que la plupart des résidences se transforment en logement intelligent grâce à la domotique. La majorité d’entre elles devient aussi des habitats autosuffisants en matière de consommation énergétique, un grand plus en ce qui concerne l’allègement des dépenses.

Des mini-programmes sont aussi installés sur le smartphone du jeune résident. Le but est de détecter par exemple la présence d’intrus, ce qui renforce les mesures de sécurité déjà mises en place au moyen de la pose de caméras vidéo de surveillance. Toujours en ce qui concerne les services ultra-connectés, les résidences intègrent des réseaux sociaux internes, favorisant les échanges et l’interaction entre locataires.

Tous ces atouts font l’attractivité des résidences étudiantes, sans compter les autres services classiques tels que la laverie, la restauration, la mise à disposition de salles de détente et de sport, etc. Par conséquent, la demande en logement dans les résidences étudiantes est plus importante que celle des appartements standards meublés par leur propre propriétaire.

Un rendement qui se révèle plus que prometteur

Le rendement se révèle plus que prometteur, avec un taux élevé pour les résidences étudiantes par rapport aux logements classiques meublés : cette rentabilité est d’environ 4% et plus par an en moyenne comme nous l’avons mentionné précédemment. Cet excellent rendement est dû à plusieurs variables :

  • l’expertise du gestionnaire qui est un spécialiste de plusieurs années d’expérience dans l’hébergement d’étudiants à large échelle. L’investisseur achète directement son appartement auprès du gestionnaire qui propose un large éventail de programmes, à choisir de préférence avec son expert-comptable afin d’optimiser ce rendement.
  • le taux élevé de la demande par rapport à l’offre, ce qui réduit les risques de carence en revenus locatifs. L’inoccupation physique a seulement lieu en cas de rénovation et de remise en état de la résidence.

En savoir davantage sur estudis.fr.

Notons néanmoins que les conditions fiscales sont les mêmes, quel que soit le type du bien meublé (résidence étudiante ou bien standard loué en direct). La carotte fiscale est obtenue soit sous le régime réel d’imposition, soit sous le régime micro BIC. Le loueur en meublé non professionnel déclare également des revenus professionnels et non des revenus fonciers : ceux-ci sont des bénéficies industriels et commerciaux.