Tirelire, Argent, La Finance, Bancaire

Le Plan d’épargne retraite PER est destiné au grand public, aux travailleurs indépendants, aux cadres et dirigeants d’entreprise, ainsi qu’aux salariés. Un certain temps de réflexion est recommandé avant la souscription qui est définitive, étant donné que le but du PER est de bloquer le capital progressivement constitué jusqu’à l’âge de départ à la retraite. Ce, afin de le convertir en rentes viagères – avec toutefois la possibilité de sortir intégralement en capital également.

Le souscripteur peut cependant décider de renoncer à son adhésion. Quelles sont alors les conditions y afférentes ?

 

Le respect de la durée de 30 jours calendaires

L’annulation de l’adhésion n’est autorisée que si la souscription a été effectuée il y a 30 jours calendaires révolus. C’est donc la date de la signature du contrat qui sera retenue. Le montant du versement effectué sera remboursé au souscripteur, dans son intégralité.

Afin que la clôture définitive du PER soit actée, l’adhérant rédigera une lettre recommandée avec accusé de réception, adressée à l’organisme détenteur du contrat.

 

Comment anticiper la renonciation au PER ?

Afin d’éviter d’avoir recours à cette option, il vaut mieux bien analyser le contrat et réaliser plusieurs comparatifs. En cas de doute, ne pas hésiter à demander l’avis d’un conseiller en gestion de patrimoine indépendant. Voici en effet ce qu’il faut connaître pour chaque contrat :

  • qui est le gestionnaire ? C’est ce dernier qui est en charge de faire fructifier l’épargne jusqu’au moment du passage à la retraite. Le gestionnaire doit donc se démarquer par sa santé financière et son expérience dans la gestion de l’épargne
  • quels sont les différents types de rentes disponibles ? Tous les PER ne proposent pas toujours les mêmes types de rentes, et le choix est fonction de l’objectif à terme du souscripteur. Par exemple, souhaite-t-il percevoir lui seul des rentes viagères, ou en faire profiter à ses proches au moment de son décès ? Ce paramètre est donc à vérifier avant la souscription
  • quel est le rendement du contrat ? C’est en fonction de ce rendement que s’effectuera l’estimation de la qualité de la capitalisation. C’est toutefois le rendement en fonds en euros qui est connu, avant la souscription. Celui des autres supports sont plutôt fonction de la santé de leurs marchés respectifs (immobilier pour les supports « pierre-papier », le marché boursier pour les instruments financiers)
  • quels sont les différents supports ? S’enquérir à l’avance de ce paramètre est aussi déterminant, notamment pour celui qui souhaite profiter de la gestion libre – à la différence de la gestion pilotée. Il pourra ainsi choisir sur le support qui est en accord avec ses objectifs et son profil d’épargnant pendant toute la durée de la détention de son PER
  • quels sont les frais prélevés ? Un contrat qui soustrait trop de frais peut plomber le rendement brut. À analyser à l’avance afin d’éviter la renonciation à l’adhésion.

 

Demander conseil en cas de doute

Il est prudent de toujours demander conseil avant d’ouvrir un PER, dans la mesure où l’épargne est verrouillée sur le très long terme. Toutes les informations sur le contrat ainsi que ses modalités d’exécution sont disponibles auprès de l’assureur lui-même. Toutefois, il est recommandé de demander un accompagnement plus affiné auprès d’un conseiller en gestion de patrimoine indépendant qui saura guider sur le choix du PER, compte tenu de toutes les variables sus-indiquées, et en fonction du propre profil du futur souscripteur. Exemple : son niveau de tolérance aux risques, son âge actuel et la durée restante pour préparer sa retraite, ses objectifs patrimoniaux par rapport à la transmission de son épargne en cas de décès.